Missionnaires de la miséricorde divine
http://misericordedivine.fr/Chronique-de-avril-juin-2011
      Chronique d’avril-juin 2011

Chronique d’avril-juin 2011

Le point d’orgue de l’année est 2011 a été la grande semaine de mission du mois de mai voulue par notre évêque, et que nous avons baptisée « Eglise portes-ouvertes ».


Dans cette perspective étaient prévus des spectacles, des messes dans des liturgies orientales, des concerts et notamment un concert que Marcel Pérès - un spécialiste du chant grégorien, directeur de l’Ensemble Organum – a accepté de venir donner dans notre paroisse.
En prévision de ce concert, il vient d’abord passer le week-end du 10 mai pour nous former, puisqu’il compte nous associer à son concert. Quel honneur ! Ce week-end là, il chante la messe avec les séminaristes, messe célébrée par Mgr Ravotti, notre prédicateur de carême. Il chante également les vêpres du dimanche. Il nous met ainsi l’eau à la bouche, ou plutôt le « la » dans l’oreille !
La Semaine Sainte est marquée par la venue de personnalités telles que le père Nicolas Buttet, fondateur de la communauté Eucharistein qui nous adresse une homélie particulièrement émouvante le jour des Rameaux. Nous recevons aussi la visite du Nonce apostolique, Mgr Luigi Ventura lors de la messe chrismale.
Bien que Pâques tombe cette année au milieu des vacances scolaires, l’église ne désemplit pas pour les différents offices de la Semaine Sainte. Certains font même du zèle en venant assister à la messe du Mercredi Saint afin de soutenir l’abbé Gillet qui fête ce jour là le dur passage de la trentaine ! La surprise est totale, il ne s’attendait pas du tout à voir tant de paroissiens, invités secrètement par l’abbé Dubrule !
La Semaine Sainte et la fête de Pâques solennisées comme il se doit, quelques jours de vacances sont offerts aux séminaristes. Seul Hugues sacrifie sur l’autel du scoutisme ses précieux jours de repos car il doit valider son CEP pour pouvoir camper cet été avec les louveteaux. L’abbé Loiseau va comme chaque année prêcher une retraite de Saint Ignace au Barroux, l’abbé Dubrule assure quant à lui la permanence.

Nous avions un choix à faire et nous l’avons fait : nous irons ! entendez par-là « nous irons à la béatification de Jean-Paul II ». Après avoir envisagé l’avion, puis le train, c’est finalement un bus que nous réservons pour que les paroissiens qui le souhaitent puissent participer à cet évènement. Ce n’est qu’un aller-retour, du samedi 14h au lundi matin 5h. Douze heures de trajet, une nuit dans le car, et nous voilà à Rome, piétinant dans le métro, entourés d’un million de pèlerins polonais, qui, comme nous, tentent tous de converger vers la place Saint-Pierre espérant s’approcher au plus près. C’est peine perdue, tout est archi comble. Même la via della Conciliazione est fermée. Les pèlerins s’agglutinent, se pressent, s’entassent au point qu’il devient impossible de tomber ! L’organisation italienne laisse-t-elle à désirer ou est-ce une mentalité trop cartésienne qui reste insatisfaite si quelque chose lui échappe ? Toujours est-il qu’il n’y a pas deux policiers d’accord sur l’emplacement des écrans géants. Par quel hasard un membre du groupe, sans doute désespéré, mais non moins assoiffé, se résignant à suivre la cérémonie retransmise dans un bar voisin, trouve dans une église un écran géant. L’information circule aussitôt et nous nous retrouvons à l’église Saint-Louis-des-Français où nous pouvons suivre en direct la cérémonie, et qui plus est, en français, puisque c’est la chaine KTO qui est retransmise ! Avant de repartir, nous prévoyons d’aller prier l’heure de la Miséricorde dans l’église du Saint-Esprit, sanctuaire de la miséricorde à Rome. Il semble que nous n’ayons pas eu cette idée lumineuse les premiers. Nous tentons une percée dans la foule, inutile ! Même déconvenue avec une autre église sur le chemin du retour, et finalement, c’est dans le bus que nous prenons ce temps de prière.
Pendant ce temps à Toulon, une foule nombreuse se presse à Saint-François-de-Paule pour l’heure de la Miséricorde. Passée cette grande fête, c’est la désertion : les propédeutes partent en retraite de discernement en Bretagne, l’abbé Loiseau va en Algérie voir Guillaume, notre séminariste en stage à Alger, l’abbé Dubrule part pour Toulouse poursuivre ses études.

De retour d’Algérie, l’abbé Loiseau nous raconte son voyage semi clandestin. L’un des buts de ce voyage était de rencontrer les nouvelles communautés chrétiennes, le plus souvent évangéliques protestantes. C’est une réalité exponentielle actuellement. Très nombreux sont ceux qui se convertissent à la suite d’apparitions ou des phénomènes miraculeux. Beaucoup ont vu la Vierge Marie et finissent par rejoindre une communauté chrétienne….protestante ! De très bons contacts ont été noués et nous espérons pouvoir les entretenir longtemps.
Comme chaque année en mai, nous faisons un petit pèlerinage paroissial. Deux particularités cependant cette année puisque nous avons la chance de recevoir le Révérant Père Emmanuel, abbé de l’abbaye de Lagrasse. A cette occasion, nous nous sommes jumelés avec la paroisse Saint Charles de Marseille que l’abbé Gillet dessert de plus en plus régulièrement. Il fallait donc trouver un endroit neutre pour ce pèlerinage. La Sainte Baume a reçu tous les suffrages, chaque paroisse revendiquant ce lieu comme appartenant à son diocèse ! Le Révérant Père Emmanuel nous exhorte tout d’abord par une conférence remarquable sur la mission (nous sommes alors à 5 jours du lancement de la semaine de la mission) et, après une ascension vers la grotte à marche forcée, il y célèbre une messe solennelle.

Arrive enfin LA grande semaine de la mission « Eglise portes-ouvertes ». Celle ci vous est détaillée dans une chronique de cette même lettre. Contentons nous de lui donner une note : 18/20.
La semaine de mission passée, il nous faut aussitôt préparer une autre semaine aussi chargée : retraite de confirmation, venue de notre évêque le jeudi matin de l’Ascension pour les confirmations puis de nouveau l’après midi pour la prise d’habit de Matthieu, enfin récollection des premiers communiants suivie de la cérémonie de première communion. Tout le monde est sur le pied de guerre.

Les abbés Gillet et Dubrule partent pour trois jours avec la vingtaine de retraitants chez les sœurs de la Consolation à Draguignan. Enseignements, répétitions, jeux de thèque et de quizz, temps de prières rythment cette retraite particulièrement bien suivie par tous ces jeunes. La cérémonie de confirmation qui suit la récollection s’en ressent.
Le même jour de l’Ascension, au cours des vêpres, Matthieu troque son costume noir pour l’habit blanc des Missionnaires de la Miséricorde. Cette cérémonie de vêture est toujours aussi émouvante ; pour le candidat comme pour ses parents et ses frères de communauté. Après la vêture vient la tonsure. La chevelure fournie que Matthieu présente à l’évêque pour lui faciliter la tâche n’a pas trop souffert des ciseaux épiscopaux. La tondeuse achève le travail le surlendemain. A la sortie de la cérémonie, les anciens prodiguent au nouvel abbé tout heureux quelques conseils pour monter les escaliers en soutane, ou pour se préserver des taches et autres projections qui trahissent tout de suite… soucis techniques qui échappent un peu au commun des mortels…
Le samedi suivant, ce sont 17 enfants de CP qui partent en récollection - la première de leur vie pour la majorité d’entre eux – récollection en vue de leur première communion le lendemain. Si une prise d’habit est une cérémonie émouvante, une première communion l’est tout autant, pour les enfants, leurs parents et celui qui les prépare.

Et c’est ainsi que la miséricorde de Dieu nous guide jour après jour

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France