Missionnaires de la miséricorde divine
http://misericordedivine.fr/Nouvelles-de-fevrier-2010
      Nouvelles de février 2010

Nouvelles de février 2010

Les traditionnels examens étant passés, les séminaristes soulagés - jusqu’à la remise des notes – retrouvent les membres de la communauté résidant au 104.


Le samedi 30 janvier, le cœur de miséricorde se joint à nous pour la journée. Il s’agit d’un groupe d’étudiants/jeunes professionnels attachés à la paroisse qui participe à la vie spirituelle et missionnaire de la communauté. Après un temps d’enseignement suivi d’un temps de prière, nous poussons un peu les murs du presbytère pour les accueillir tous autour de la table. Et en début d’après-midi, certains, l’estomac noué, le visage pâle récitent le chapelet de la Miséricorde avec une ferveur redoublée car c’est pour eux la première expérience de mission en porte-à-porte. Ils partent annoncer la Bonne Nouvelle dans les immeubles voisins de l’église, rassurés par la présence d’un binôme plus expérimenté qui n’a cependant pas l’estomac moins noué. Le combat intérieur est en réalité beaucoup plus dur à mener que le combat extérieur. C’est le constat qui est fait à chaque fois car le temps passe très vite une fois que l’on a fait un acte de foi et d’abandon. Et le Seigneur bénit toujours ceux qui donnent avec joie.

Il y a à Marseille le 2 février, fête de la Chandeleur, un rendez-vous à ne pas manquer. Il nécessite un brin de courage tout de même puisqu’il est fixé à 5 h du matin sur le Vieux Port. Il s’agit de la grande procession de la Chandeleur qui réunit, n’ayons pas peur des mots, plusieurs milliers de personnes. Elle part donc du Vieux Port, une fois que la statue de la Vierge et que l’Evangile ont été débarqués du bateau, elle va tranquillement jusqu’à la basilique Saint Victor où a lieu la bénédiction des cierges verts. Toutes les autorités sont présentes, évêque, députés, maires ainsi que de nombreux prêtres qui doivent physiquement se frayer un chemin jusqu’au chœur à travers cette foule de jeunes, et de moins jeunes, qui se pressent dans l’église fuyant un froid rigoureux. A la sortie de la messe, tous se précipitent vers la boulangerie du coin dans l’espoir d’obtenir quelques navettes à déguster. Il est 8 heures, chacun rejoint son travail, devoir d’état oblige.

Ce ne sont pas encore des milliers de fidèles qui se massent à la procession de la Chandeleur à Toulon, mais nombreux quand même sont ceux qui, grâce à un horaire plus catholique, assistent à cette manifestation traditionnelle.
L’évènement de l’année sera à n’en pas douter – pour ceux qui l’ont vécu – le pèlerinage paroissial à Paray-le-Monial, Ars et Annecy. Dans le cadre de l’année sacerdotale, nous avons souhaité aller sur les traces de ces trois grandes figures sacerdotales que sont le curé d’Ars (saint Jean Marie Vianney), saint Claude la Colombière (directeur de sainte Marguerite Marie) et saint François de Sales.

Nous partons donc lundi 8 février, à 8h, conformément au programme fixé. Une cinquantaine de personnes dont une vingtaine d’enfants sont du voyage. Jean Pierre, notre chauffeur nous conduit en quelques heures jusqu’à Paray-le-Monial, lieu des apparitions du Sacré-Cœur. Nous y restons 2 jours que nous sanctifions par des messes dans la chapelle des apparitions, un petit pèlerinage jusqu’à une très ancienne chapelle dédiée à la Vierge Marie, une visite de la basilique, des temps d’enseignements passionnants sur la vie de saint Claude La Colombière ou le Sacré-Coeur, des films, une veillée et des jeux pour les enfants animés par les séminaristes. Nous quittons Paray le mercredi matin tôt pour arriver à Ars vers 10h30 avec une invitée surprise : la neige. Certains enfants découvrent pour la première fois la joie d’y laisser leurs empreintes. Il ne leur faut pas longtemps non plus, à l’exemple de leurs ainés, pour comprendre comment réaliser un bon projectile… reste encore à travailler la justesse du tir… Nous récitons le chapelet depuis le monument de la rencontre (entre Antoine Givre et Jean Marie Vianney) jusqu’à la basilique. Nous logeons à la Providence, maison d’accueil fondée par le saint curé. Au programme à Ars : visite de la maison de Jean Marie Vianney, visite du musée de cire, veillée de prières et témoignages sacerdotaux, topo sur la vie du curé d’Ars Une indulgence plénière étant accordée aux pénitents à Ars durant l’année sacerdotale, de belles grâces sont reçues à cette occasion. Nous avons eu aussi la chance de pouvoir célébrer sur l’autel de la châsse du curé d’Ars, certains même avec le calice de saint Jean Marie Vianney ! Nous quittons Ars en récitant les litanies du saint curé, demandant la sainteté pour les prêtres, ainsi que sa protection toute spéciale à ce moment, le chauffeur ne pouvant distinguer la route des bas-côtés en raison de la neige. Plusieurs voitures versées dans le fossé peuvent légitimement rendre certains craintifs. Nous arrivons jeudi vers 15 h au château de Thorens, lui aussi sous la neige. C’est là qu’a vécu en partie saint François de Sales, évêque de Genève résidant à Annecy en raison des hostilités calviniste. Après la visite de ce superbe château contenant de nombreux objets ayant appartenus à cet infatigable prédicateur de l’Evangile, nous descendons à Annecy au centre Jean XXIII.

Après une remarquable conférence sur l’action de saint François de Sales face aux protestants, un petit film est proposé. Le lendemain, vendredi, nous célébrons la messe à la crypte de la basilique de la Visitation qui domine la ville d’Annecy. Le recteur nous commente ensuite rapidement les vitraux de la basilique qui retracent les vies de François de Sales et de Jeanne de Chantal. Nous allons ensuite « empletter » dans la boutique de souvenir tenue par une visitandine. Après un repas typique dans la vieille ville, nous allons visiter la première Visitation et nous regagnons le car pour les 6 heures de route qui nous séparent de Toulon.

Arrivés vers 22h, tous se dispersent. Les uns rentrent chez eux, d’autres se préparent à repartir pour aller passer BAFA ou BAFD. D’autres repartent pour un WE ski à Barcelonnette. L’abbé Eloi désigné volontaire, accompagne le cœur de la miséricorde (groupe de jeunes précédemment cité) dans cette mission cohésion. La journée se prolonge un peu plus que prévu car arrivés à 1h30 du matin, par -15°C sans chaines pour monter au chalet, ils restent en bas, jusqu’à l’arrivée d’une aide providentielle de l’autre partie du groupe… une expérience à vivre… Le lendemain, la neige et le soleil sur les pistes assurent la bonne entente du groupe.

La communauté a rendez-vous cette semaine au monastère du Barroux pour une session de travail. Nous avons la joie d’y retrouver nos trois propédeutes qui rentrent enchantés de leur stage à l’Arche. Bercés par la liturgie des moines, nous rentrons paisiblement en carême. C’est l’abbé David Biziou, secrétaire de l’évêque qui ouvre la liste des prédicateurs de carême suivi la semaine d’après du père Bruno Simon de l’Oratoire.

Les trois prêtres de la communauté s’absentent cette semaine pour leur retraite annuelle. Elle a lieue chez les bénédictins de Triors. C’est l’abbé Gac, modérateur de la Fraternité Saint Thomas Becket, qui la prêche sur un thème peu commun que sont les vertus naturelles. Les trois prêtres obtiennent un court parloir avec un ancien paroissien de saint François de Paule rentré chez les bénédictins en septembre dernier. Il est manifestement très heureux. Soyons sûrs que le frère Olivier Jaune nous porte tous dans ses prières.

Et c’est ainsi que la miséricorde de Dieu nous guide jour après jour.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France