Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/A-contre-courant
      À contre-courant

À contre-courant

Renoncer au confort intellectuel du conformisme pour suivre le Christ.


La société post-moderne contre Jésus

La société postmoderne porte plainte contre le dénommé Jésus de Nazareth pour les faits suivants rapportés par les quatre évangiles :
Jésus, par ses propos et son comportement, ne peut engendrer que des attitudes sectaires et violentes. Les sept affirmations «  Je suis  » de Jésus se présentant comme «  pain de vie  », «  lumière du monde  », «  bon berger  », «  porte unique  », «  résurrection et vie  », «  chemin, vérité et vie  » et enfin «  vraie vigne  » ne peuvent être que la manifestation d’un égocentrisme absolu. Son caractère narcissique apparaît particulièrement quand il s’identifie à Yahweh en se nommant lui-même «  Je suis  ». Même les pires dictateurs de l’histoire n’ont pas osé s’identifier à Dieu ! Il insulte sans arrêt les pharisiens et les provoque en ne respectant pas la pédagogie progressive du dialogue interreligieux. En affirmant que les gens de Sodome précéderont les pharisiens dans le Royaume des cieux, Jésus est cause d’un antisémitisme violent et, en se référant au châtiment inique des habitants de Sodome, il insulte une minorité sexuelle ainsi que des pratiques épanouissantes.

Nous attaquons aussi Jésus pour manipulation de la crédulité de pauvres gens par des miracles et des exorcismes publics continuels. Il n’a montré aucun respect écologique en approuvant la maltraitance animale avec le massacre de deux mille porcs dans la mer. Il se laisse aimer comme un gourou. Il est violent en s’attaquant à de pauvres travailleurs du temple. Il fait l’éloge d’un officier occupant et fasciste. Il se revendique comme la source de toute autorité politique, il est donc une menace permanente pour la laïcité.

Il effraie la population par son insistance sur l’enfer, sans aucune nuance. Il institue une Église monarchique et autoritaire, reposant sur le dénommé Simon, refusant toute dimension démocratique. Il interdit la répudiation de la femme et montre ainsi son refus de la gradualité de la loi pour des hommes habitués à une vie sexuelle intense et généreuse. Enfin, il annonce des châtiments pour la partie de son peuple qui n’a pas cru en lui.

Devant des faits aussi graves, la société postmoderne se constitue donc partie civile pour l’éradication de toute référence au Nazaréen.

Abbé Fabrice Loiseau

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France