Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Chronique-de-Janvier-Mars-2012
      Chronique de Janvier-Mars 2012

Chronique de Janvier-Mars 2012

Les circonstances font que le mois de décembre est rythmé par un certain nombre de retraites ou récollections qui tantôt nous sollicitent, tantôt nous ressourcent.


Sur le modèle de la récollection pour les pères de famille organisée deux ans auparavant, une récollection pour les mères est proposée le week-end du 10-11 décembre 2011 à Cotignac. Monseigneur Rey, le père Bouttin, Fabrice Hadjadj et l’abbé Gillet viennent prêcher sur l’oraison devant un parterre d’une quinzaine de dames, majoritairement de la paroisse. Outre la qualité des enseignements, cette retraite est une très bonne manière de se préparer à la fête de Noël.

Simultanément, à l’abbaye de Jouques, les séminaristes Florent et Gonzague accompagnent une bonne quinzaine de jeunes, participant régulièrement au groupe SPES (notre groupe de prière du mardi soir), pour un week-end de silence. Les abbés Loiseau et Dubrule se relaient pour venir leur donner quelques enseignements afin, là aussi, de mieux rentrer dans le temps de l’Avent. Cette retraite chez les bénédictines qui nous accueillent toujours merveilleusement est aussi le dernier temps de préparation pour Vinciane, une jeune fille de notre groupe qui sera baptisée deux jours plus tard. Son baptême ayant lieu à l’arsenal de Toulon, nous décidons de supprimer ce jour là l’enseignement prévu à l’église afin que les jeunes du groupe SPES puissent venir entourer Vinciane pour ce qui sera le plus beau jour de sa vie. Nous fêtons dignement cela autour d’un buffet avec également ceux qui n’ont pu assister à la cérémonie.

Le lendemain mercredi, les abbés Loiseau et Gillet, répondant à l’invitation de l’abbé Roseau (FSSP), s’envolent pour Nantes où ils vont prêcher une récollection pour les élèves du cours Charlier. C’est le père Bonnet, curé de la basilique Saint-Donatien qui nous accueille dans ses locaux. Deux jours de récollection pour le primaire puis le collège où s’enchaînent temps d’adoration, enseignements, chapelets, messes, confessions, témoignages… Les prédicateurs comme les maîtresses sont enchantés de la réussite de ces journées.

Le 17 décembre, un match de coupe d’Europe de rugby, où les places sont moins prises d’assaut, donne l’occasion à toute la communauté, ainsi qu’aux pères de famille de la paroisse avec leurs fils, de venir voir jouer le Racing Club de Toulon. L’ambiance, chaude dans les tribunes, est glaciale pour le temps : 5°C au thermomètre.

Puis vient le temps de nous ressourcer. C’est pourquoi, profitant d’une semaine complète avant la fête de Noël, nous partons trois jours à Valensole (près de Manosque) où les sœurs Coopératrices du Christ Roi nous reçoivent là aussi merveilleusement bien. Nous profitons de ce temps béni pour nous reposer, respirer l’air de la montagne, nous promener dans la neige qui vient de tomber… Florent voulant rendre visite aux urgences de l’hôpital de Manosque trouve un prétexte, brise un verre en l’essuyant et s’ouvre la main. Mais c’est bon, il pourra continuer de jouer de l’orgue !

Nous rentrons pour préparer sereinement Noël. Répétitions de chorale, de liturgie, de la crèche vivante, confessions. Un virus s’invite dans la communauté. Il se partage, se transmet et finit par repartir comme il est venu. Comme chaque année, la veillée de Noël attire et remplit l’Eglise. Deux chanteurs de l’opéra viennent agrémenter le conte qui met en scène « le Noël de Charles de Foucauld ». La pièce sortira dans les bacs prochainement ! A l’issue de la messe, nous faisons un réveillon grâce, entre autres, à quelques dons. Merci aux bienfaiteurs.

Le lendemain, après la messe et de nouvelles agapes, nous échangeons entre nous quelques cadeaux piochés au hasard qui peuvent, suivant les goûts, changer de mains. Le 26 décembre, l’abbé Loiseau part en région parisienne prêcher une retraite de saint Ignace, particulièrement fréquentée cette année puisqu’elle compte quarante-cinq jeunes.

La nouvelle année paroissiale commence rapidement car dès le premier dimanche après le 1er janvier, les fidèles sont invités à participer au repas paroissial, qui à cette période de l’année se termine par la traditionnelle galette des rois. C’est l’occasion de rappeler les activités paroissiales et les projets pastoraux pour l’année en cours, en particulier le parcours Alpha.

Les prêtres du diocèse sont conviés comme chaque année à la cérémonie des vœux de l’évêque. C’est un tout jeune prêtre qui cette fois-ci est chargé, au nom du clergé, de présenter les vœux. C’est une édition originale ! Suit un bilan de l’année écoulée, qui porte notamment sur la Mission Toulon 2011. Les prêtres et les séminaristes se retrouvent ensuite pour la messe dans la chapelle du séminaire, récemment rénovée.

Après avoir été initiés à la vie de prière et l’oraison en propédeutique, les séminaristes ont droit à une piqûre de rappel ou un approfondissement au cours de leur deuxième cycle de formation. Guillaume part donc quinze jours à Venasque au studium Notre Dame de Vie. Il revient, comme tous ses prédécesseurs, enchanté, tant par le cadre de vie que par la qualité des enseignements.

Nous vous en avions parlé, c’est maintenant lancé : les Cours Alpha débutent mercredi 10 janvier. Il s’agit d’une série de dix soirées, chaque semaine, où toutes les personnes touchées au porte-à-porte ou au cours de nos missions sont invitées à (re)découvrir les fondements de la foi chrétienne à travers un enseignement puis une discussion libre, le tout dans une ambiance conviviale, autour d’un repas préparé par les paroissiens. Chaque mercredi, les nouveaux venus sont plus nombreux ! Deo Gratias !

L’abbé Dubrule encadre un week-end « Spi-détente » avec dix-neuf collégiens du « groupe Jean-Paul II », chez les sœurs de la Consolation à Draguignan. Les deux jours de récollection mensuelle que les prêtres s’offrent les lundi et mardi suivant ne sont pas de trop pour que l’abbé Dubrule refasse ses forces après ces 48h non-stop !

Le mois de janvier est toujours autant redouté par les séminaristes qui doivent passer leurs examens. Les théologiens en passent un avec l’abbé Dubrule, qui a donné le cours d’ecclésiologie au séminaire. L’ambiance demeure cependant sereine. Les examens ne perturbent même pas le rythme missionnaire de la paroisse ni même le programme scout qui a son week-end de rentrée. Gageons que l’Esprit Saint a soufflé aussi fort que le vent lors de cette messe de nouvelle année.

Chaque année, le diocèse organise une retraite proposée à tous les prêtres. Elle est prêchée par le père Alain Bandelier à la Sainte-Baume. C’est l’abbé Dubrule qui s’extrait une nouvelle fois du rythme quotidien pour se plonger en Dieu cette semaine. Le tour des abbés Loiseau et Gillet viendra prochainement.

Nous solennisons le 2 février, « fêtes des crêpes » comme a répondu un enfant du catéchisme, par la traditionnelle bénédiction des cierges et la procession nocturne dans les rues du vieux Toulon. Les jeunes du groupe SPES qui le souhaitent se retrouvent ensuite au 104 pour la fameuse soirée crêpes. Il faudra songer à pousser les murs pour la prochaine fois…

Le vendredi 3 février, 1er vendredi du mois, soirée de mission devant et dans l’Eglise, comme à l’habitude. Un spectacle féérique s’offre à nous : il neige à Toulon ! C’est une curiosité en effet. La chose la plus amusante est sans doute de voir tous les toulonnais à leur fenêtre en train de photographier la neige ! Le lendemain, samedi 4 février, l’abbé Dubrule prêche une récollection familiale pour les foyers Domus Christiani dont il est l’aumônier. Initialement prévue au sanctuaire Notre Dame des Anges, il faut au dernier moment trouver un autre lieu. Car si la neige ne tient pas à Toulon, il n’en va pas de même sur les hauteurs ou dans l’arrière pays varois. Ils se réunissent donc finalement à la Castille.

Une sensibilisation de la communauté au milieu marin - fortement représenté à Toulon - est proposé aux membres qui le souhaitent. Un de nos paroissiens nous propose en effet une visite guidée du sous-marin qu’il commande. Six d’entre nous sont sélectionnés pour cette visite VIP. Le secret-défense nous oblige à garder le silence. Nous ne parlerons que sous la torture ! Claustrophobe, s’abstenir !

Vient ensuite une séparation qui modifie sensiblement le rythme de la communauté, c’est le départ de nos propédeutiques pour leur stage annuel à l’Arche. Angers, Nantes ou Compiègne. Compte rendu de leurs impressions dans le prochain numéro.

Lundi 6 février, l’abbé Loiseau donne sa conférence mensuelle à Paris pour les Témoins de la Miséricorde et pour les jeunes ayant participé aux JMJ de Madrid et qui désirent prolonger leur formation sur l’Islam.

Le jeudi 9 février se tient un débat avec des protestants. Quatre-vingts personnes (surtout des paroissiens) participent à cette dispute théologique qui porte sur le péché originel. En fait, les positions théologiques des protestants ne sont plus si éloignées que cela de la position catholique, donc il n’y a pas eu de véritable débat. L’an prochain, nous traiterons peut-être de la primauté de Pierre, question qui sera sans doute plus disputée...

Dimanche 12 février : il neige à nouveau cours Lafayette ! Malheureusement, les cinq cm ne tiennent pas suffisamment longtemps que pour les enfants puissent organiser une bataille rangée à la sortie de la messe. La neige reste cependant dans le Centre-Var, au point de rendre la montée vers Cotignac périlleuse pour les trois prêtres de la communauté, venus y faire deux jours de récollection le 12 et 13 février.

Le jeudi 16 février, c’est au tour de l’abbé Dubrule d’aller prêcher une récollection. Cette fois-ci c’est à l’institution Saint-Louis du Barroux. Le lundi 20 février, il part visiter Pierre-Saïd en stage à l’Arche de Cuise, près de Compiègne et qui semble s’y épanouir. Cette expérience au milieu des plus faibles est toujours assez bouleversante. Les propédeutes en reviennent toujours marqués. L’abbé Dubrule poursuit son chemin en allant à Toulouse. Cette fois-ci semble bien être la dernière puisqu’il arrive à la fin de la rédaction de son mémoire de licence. Sans doute devra-t-il y retourner pour le soutenir dans quelques semaines.

Mardi 20 février, un commerçant du coin ainsi que deux jeunes du groupe SPES fournissent les crêpes en surabondance pour tous les membres du groupe de prière. Le lendemain, mercredi des Cendres, c’est aussi la surabondance, de fidèles cette fois-ci, venus célébrer l’entrée en carême. L’abbé Loiseau s’absente deux jours pour aller rendre visite aux deux autres propédeutes Erwan et Cédric respectivement à Nantes et à Angers.

Pour les autres séminaristes, c’est le temps des vacances. Elles sont marquées par une cérémonie particulière d’oblature pour Florent, qui affermit ainsi un lien avec le monastère de Cotignac. Matthieu reste aussi quelques jours pour entourer un catéchumène (dont il sera le parrain à Pâques) catéchumène qui participe au scrutin devant l’évêque, première étape du baptême.

Samedi 25 février, le père Aubry commence les prédicateurs de carême. Il nous entretient dans ses homélies de la victoire du Christ, et le lendemain dimanche du combat du Christ.

Enfin, du 27 février au 2 mars, les abbés Gillet et Loiseau suivent la retraite organisée à l’abbaye N.D. de Randol par l’association sacerdotale Totus Tuus, retraite prêchée par Mgr Batut, évêque auxiliaire de Lyon.

Et c’est ainsi que la miséricorde de Dieu nous guide jour après jour

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France