Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Chronique-de-octobre-decembre-2011
      Chronique d’octobre-décembre 2011

Chronique d’octobre-décembre 2011

Bis repetita ! Chaque début d’année voit une avalanche de colloques, forums et autres rentrées de mouvements qui dispersent les paroissiens. Cette année, c’est un colloque sur le « gender » qui est organisé pour la rentrée universitaire. En parallèle, se tient le forum « Eleutheros » qui rassemble des musulmans convertis au christianisme.


Le dernier week-end de septembre est aussi celui où les « équipes de vie » du séminaire se retrouvent dans des lieux distincts, à l’écart du séminaire afin de resserrer les liens entre les séminaristes qui ne se connaissent pas.

Cette année, encore plus que les années précédentes, le visage du séminaire a changé avec l’arrivée d’une trentaine de nouveaux, ce qui porte à près de quatre-vingts le nombre de séminaristes diocésains ! Deo Gratias !

Cette année paroissiale sera biblique ou ne sera pas ! En effet qu’il s’agisse du groupe SPES (notre groupe de prière/formation du mardi soir) ou des cours pour adultes, la Bible servira de support. Un parcours initial écrit par le Père Sentis (préfet des études au séminaire de la Castille) permet ainsi d’approfondir la foi à partir de certains textes essentiels dont il faut découvrir toute la profondeur.

La paroisse se prépare aussi à vivre le lancement du parcours Alpha, un parcours de redécouverte de la foi chrétienne pour débutant. Nous n’en sommes qu’à la phase de découverte et de formation des animateurs de ce parcours…

La journée du dimanche 2 octobre restera comme une des plus chargées de l’année. Après les messes du matin, la paroisse se retrouve dans les jardins de la Castille pour le pique-nique de rentrée. A peine fini, tout le monde se dirige en hâte vers Saint-François-de-Paule pour accueillir le cardinal Canizares, préfet de la congrégation pour le culte divin, et donc bras droit du pape pour les questions liturgiques. De passage dans le diocèse pour un colloque sur l’Europe, il avait en effet répondu à l’invitation de Mgr Rey de venir célébrer les vêpres à la paroisse.

Le soir, la communauté est invitée avec le cardinal chez Olivier Boré de Loisy, ami de la communauté. C’est l’occasion de parler de la place de la liturgie dans la vie chrétienne, et en particulier de la forme extraordinaire.

Le nombre de prêtres et de diacres ordonnés dans le diocèse de Fréjus-Toulon augmentant chaque année, il a été décidé – afin d’alléger la cérémonie de juin – de séparer les ordinations presbytérales des ordinations diaconales. C’est pourquoi les futurs prêtres de juin sont ordonnés diacres ce 8 octobre à la co-cathédrale de Fréjus, en présence de tout le séminaire.

Le week-end suivant se tient, encore à la Castille, la troisième édition de Jeunesse 2000 qui rassemble cette année encore plus de 300 jeunes : 48 heures d’adoration, de confessions, de prédications, dans la joie de « Mr & Mrs Bonheur ». Ce dimanche 16 octobre fera date ! C’est l’arrivée de notre troisième propé

deute que l’on attendait depuis des semaines mais qui restait bloqué en Algérie faute d’obtenir le visa nécessaire. L’abbé Gillet et Matthieu vont le chercher au port de Marseille après la messe dominicale qu’ils assurent de plus en plus régulièrement à l’église Saint-Charles de Marseille. Le dimanche soir, Pierre-Saïd témoigne devant la communauté de sa conversion et de son cheminement vers l’Eglise Catholique. Son arrivée dans la communauté marquera certainement un tournant dans notre mission auprès des musulmans…

Le lendemain 17 octobre, prêtres et séminaristes du diocèse se retrouvent autour de Mgr Rey et de Mgr Fort pour un pèlerinage à Cotignac. A la différence de l’an dernier où le ciel nous envoya sa bénédiction sous la forme d’une pluie abondante, c’est sous un franc soleil que les petits chapitres sillonnent les chemins qui mènent aux sanctuaires. Le pèlerinage se termine par la messe prêchée par Mgr Fort visiblement ému.

Les derniers cours du vendredi à peine terminés, nous partons au Barroux pour notre première session de l’année. L’abbé Dubrule reste à la paroisse pour assurer la messe ainsi que la cérémonie d’ordination sacerdotale de Jean Christophe Pélégri le dimanche soir à la cathédrale. Une messe dans la forme extraordinaire, chose presque ordinaire dans le diocèse de Toulon !

Les séminaristes ont ensuite quelques jours de vacances. Elles sont monastiques pour certains ou londoniennes pour d’autres. Une partie d’entre eux en effet partent à Londres guidés par Matthieu et Gonzague qui y résidèrent l’an dernier.

L’abbé Dubrule accompagne quant à lui le pèlerinage diocésain des collégiens confirmés. Ils sont trois cents à Lourdes autour de leur évêque.

Le week-end de la Toussaint, l’abbé Loiseau, accompagné de trois séminaristes, anime spirituellement le pèlerinage des Europa Scout à Cléry.

L’histoire ne se répète pas toujours, grâce à Dieu. L’an dernier la traditionnelle procession des saints sur les plages de Toulon ressemblait à un mauvais remake de la retraite de Russie. Une dizaine de rescapés des vacances bravant la pluie avaient participé à cette édition de la procession. Pas de Bérézina cette année donc, puisque le temps est avec nous et bien que ce soit toujours les vacances de la Toussaint (soulignons que ces vacances n’ont pas encore été débaptisées en « vacances d’automne », la France n’est pas encore complètement déchristianisée, ouf !), bref, bien que ce soit toujours les vacances, il y a bien entre 60 et 80 enfants portant le déguisement de leurs saints patrons qui processionnent avec la dignité enfantine le mardi 1er novembre.

Les louvetiers jouent de malchance habituellement. Quand il fait beau la semaine précédant une activité, il se met à pleuvoir le jour de l’activité. Pour le week-end du 5-6 novembre, ils peuvent se consoler, il a plu abondamment toute la semaine précédente… mais aussi tout le week-end ! Les louveteaux ne semblent pas trop en souffrir, heureusement. Louvettes et scouts préfèrent annuler compte tenu des alertes météo.

Le « 104 » (notre presbytère cours Lafayette) serait-il un moulin où il semble que tout le monde puisse entrer ? La maison est accueillante, certes ! Mais il est certain que quelques uns sont venus se servir sans demander l’autorisation : nous nous sommes fait gentiment cambrioler. Nous avions reçu un don de plusieurs centaines de mini bouteilles de Coca-Cola. La Providence veillait sur la ligne des séminaristes et des prêtres et a trouvé un instrument pour réfréner la concupiscence des habitants du 104.

Chaque année, l’association sacerdotale Totus Tuus organise un colloque. L’an dernier sur les fins dernières, cette année sur la catéchèse. L’abbé Loiseau y participe. Il a été décidé la rédaction d’un nouveau catéchisme.
Pendant ce temps, à Toulon, c’est l’Apocalypse. Le mardi 8 novembre, nous essuyons une mini tempête. Le vent arrache une cheminée qui s’écrase sur notre terrasse, accroissant ainsi une fissure. Il se met à pleuvoir dans la salle de cours. Nous attendons toujours les experts…

Le dimanche 13 novembre, l’abbé Loiseau accompagne l’abbé Gillet et Matthieu à Marseille. A l’issue de la messe, ils vont prendre un café sur la Canebière en compagnie du père Michel-Marie Zanotti Sorkine, célèbre curé de la paroisse des Réformés, paroisse qu’il a entièrement réformée depuis son arrivée.

La semaine qui suit, c’est au tour de l’abbé Dubrule de s’absenter pour aller travailler son mémoire de licence. Il profite du calme de la bibliothèque du Barroux pour avancer dans la rédaction.

Le samedi 19 novembre, jour de mission pour la communauté, est la première sortie en mission pour Pierre Saïd, notre tout dernier propédeute arrivé d’Algérie un mois auparavant. S’il est habitué à parler avec des musulmans, en revanche les musulmans du quartier n’ont pas eu souvent l’occasion de parler avec un ancien musulman devenu chrétien. Puisse son témoignage toucher les cœurs de ses coreligionnaires.

Du 20 au 30 novembre, les propédeutes partent à Lérins où les moines les initient à la Lectio Divina. Simultanément, les trois prêtres partent à l’abbaye de Jouques pour leur récollection mensuelle. Ils doivent cependant repartir dès l’aurore du mardi pour la réunion de doyenné dont ils sont les hôtes. Une paroissienne s’occupe (admirablement) du repas que les prêtres du doyenné ne manquent pas d’honorer.

La semaine suivante, c’est l’abbé Gillet qui prend la clé des champs pour l’une des dernières sessions JP-3 qui le concerne. C’est une session de formation pour les prêtres de moins de trois ans de ministère. Il y retrouve avec joie ses confrères de la région (dont certains étaient avec lui au séminaire de la Castille).

Et c’est ainsi que la miséricorde de Dieu nous guide jour après jour

Abbé Eloi Gillet

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France