Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Jeudi-30-mai-nous-retrouvons-nos
      Chronique de juin-août 2013

Chronique de juin-août 2013

Jeudi 30 mai, nous retrouvons nos deux propédeutes qui rentrent de leur retraite de fin d’année. Ces exercices de St Ignace sont prêchés par les CPCR à Bieuzy Lanvau dans le Morbihan. Ils en reviennent enthousiastes.


Le lendemain, vendredi 31 mai, c’est la troisième édition du dîner des voisins devant l’église Saint-François-de-Paule. En partenariat avec la cathédrale et l’église Saint-Pie X, nous montons tables et chaises pour accueillir près de 300 personnes. C’est l’occasion de rencontrer beaucoup de personnes voisines de l’église mais qui n’osent pas se fondre dans la masse des fidèles le dimanche à la messe... C’est une occasion de mission assez incroyable.

Dimanche 2 juin, fête du Saint-Sacrement, a lieu dans Toulon une grande procession du Saint Sacrement. Le parcours de la procession doit être modifié juste avant en raison d’une autre « procession », celle rugbymen du Racing Club Toulonnais revenus vainqueurs de la H-Cup. La procession du Saint-Sacrement se termine par un moment d’adoration à 17h, comme cela doit être dans toutes les églises du monde, conformément à la demande du Pape François. Ce dimanche-là sont aussi célébrées les confirmations et les premières communions à la paroisse Saint-Charles.

Après ce week-end chargé, les trois prêtres ainsi que notre diacre Florent vont se ressourcer deux jours à l’abbaye bénédictine de Ganagobie. C’est une découverte pour eux !

Mercredi 5, les propédeutes et l’abbé Dubrule accompagnent l’évêque à Cotignac. C’est un petit pèlerinage express pour rendre grâce pour les vocations de cette année et pour en demander pour l’an prochain.

Vendredi 7, les abbés Loiseau, Gillet et Molin vont à Marseille pour la solennité du Sacré-Cœur. Différentes personnalités sont venues de Rome ou d’ailleurs à l’occasion d’un colloque organisé par le recteur de la basilique du Sacré-Cœur, Mgr Ellul, curé de Saint-Charles, le nonce apostolique, le cardinal Ravasi...

Dimanche 9 nous avons la joie de voir trois de nos séminaristes recevoir l’habit : Montfort, Gonzague et Vincent. Cela porte à dix le nombre de soutanes blanches.
Le week-end suivant, l’abbé Gillet accompagne le chapitre de la paroisse au pèlerinage des mères de famille. Elles sont une bonne vingtaine (dont plusieurs anciennes paroissiennes revenues exprès). De leur côté, les séminaristes sont, comme chaque année, soumis au crible des examens. L’ambiance se fait alors davantage studieuse... les résultats sont au rendez-vous grâce à Dieu !

Vendredi 21, pour la Fête de la musique, trois groupes musicaux se succèdent devant Saint-François-de-Paule pour chanter des chants de louange, ou évangéliser à travers des paroles chantées sur des airs de musiques célèbres. C’est un franc succès, sans doute notre plus belle Fête de la musique depuis des années.

Samedi 22, la musique est encore à l’honneur. Cette fois-ci dans un répertoire un peu différent puisque la communauté redonne le concert de la Miséricorde que nous avions déjà donné le dimanche de la Miséricorde : chants grégoriens, polyphonies, faux-bourdons et quelques pièces plus contemporaines.
Ce même soir, les jeunes du groupe Jean-Paul II, emmenés par Guillaume et l’abbé Dubrule vont à l’école sainte Bernadette pour aider à la kermesse de l’école et financer ainsi leur prochain voyage à Lourdes.

Dimanche 23, nous entourons l’abbé Loiseau qui fête ses vingt ans de sacerdoce. En plus des nombreux paroissiens présents, beaucoup d’amis des paroisses où l’abbé Loiseau a exercé son ministère ont fait le déplacement jusqu’à Toulon. Après une messe aussi splendide qu’émouvante, nous nous retrouvons à la Castille pour un repas champêtre. L’abbé Loiseau reçoit en cadeau une très belle statue de la Vierge Marie sculptée dans le bois.

Dimanche 30, l’année scolaire se termine, comme toujours au séminaire, par les ordinations. Une dizaine de prêtres sont ordonnés par Mgr Rey. La communauté est à l’honneur dans la cérémonie puisque nos deux diacres Florent et Matthieu entourent l’évêque alors que Montfort est cérémoniaire.

Le premier week-end de juillet est traditionnellement le week-end du pèlerinage des pères de famille à Cotignac. Cette année, c’est Matthieu Bevillard qui accompagne l’abbé Loiseau pour cette marche très ensoleillée. Une pause aquatique dans la rivière de l’Argens est nécessaire pour survivre jusqu’à la halte à Cotignac. De l’avis unanime des pères, l’ambiance est excellente et les enseignements sur saint Joseph très instructifs.
C’est également le début de l’été et des camps : camp louveteaux, louvettes d’abord, qui ont lieu dans le Haut-Var. L’abbé Gillet en assure l’aumônerie. Une fois n’est pas coutume, le temps n’est pas très clément : entre la pluie et les très grosses chaleurs, les camps tournent tant bien que mal. En fait, ce sont surtout les chefs qui souffrent le plus des conditions climatiques ; les enfants passent très facilement à travers cette difficulté.

Eguzon... ce nom ne vous dit rien ? Ce n’est pas très surprenant, ce n’est qu’un petit village de France près de Châteauroux. Mais pour la centaine de participant du camp Saint Michel, c’est un nom qu’ils n’oublieront pas puisque c’est leur lieu de vacances pour un mois. Cette année encore, il fait le plein avec quatre-vingt quatre enfants encadrés par une vingtaine d’animateurs, dont nos séminaristes Gonzague, Vincent et Guillaume, sans oublier Florent le directeur et l’abbé Dubrule l’aumônier. Ils vivent trois semaines sous tente ou « en bateau », à vivre au rythme des corsaires ! Même l’inspectrice de la Jeunesse et des Sports est conquise !

La deuxième quinzaine de juillet, le camp de louveteaux est à peine terminé que les chefs-louvetiers, Montfort, Erwan et Médéric, embarquent avec l’abbé Loiseau, Matthieu et Hugues pour le Brésil où ils ont rendez-vous avec trois millions d’amis sur la plage de Copacabana ! Ce sont les JMJ. Le diocèse de Toulon étant lié au Brésil par les différentes communautés religieuses qui y travaillent, il fallait qu’une délégation de la communauté soit présente. Une douzaine de jeunes partent avec notre groupe qui profite de l’organisation diocésaine. La première semaine se passe du côté de Sao Paolo avec une étape marquante au sanctuaire marial de Marie-qui-défait-les-nœuds.
La deuxième semaine, avec le pape François se passe à Rio. En raison d’une inondation sur le terrain initialement prévu, c’est finalement sur la grande plage de Copacabana que les 3 millions de jeunes ont suivi les enseignements du pape les trois derniers jours, sans que l’on ne déplore aucun accident ! On retiendra le dynamisme du pape, son franc-parler, son appel à la mission et à la sainteté !

La première quinzaine d’août, la majeure partie de la communauté refait ses forces en prenant des vacances. La plupart d’entre nous est de retour pour la fête de l’Assomption avec la traditionnelle procession sur le port.

Vendredi 16 commence le camp SPES sur le thème de l’héritage des Lumières. Ce camp restera lui aussi une réussite, tant par l’affluence (près de 70 jeunes sont venus), que par la qualité des intervenants. Nous avons la chance d’entendre Jean Sevillia, Francois-Xavier Bellamy, Alain Vignal, Reynald Sécher ou encore Philippe Ariño et Anne Brassié. L’école Sainte-Bernadette, à coté de Toulon, nous ouvre ses portes. La configuration des lieux contribue grandement au succès de ce camp. Les temps de missions apportent également leurs lots de joies et d’épreuves. L’indifférence des uns est aussi marquante que la soif des autres.

Vendredi 23, à l’issue du camp, plusieurs jeunes s’engagent au sein du groupe des Témoins de la Miséricorde. Ils s’engagent ainsi à porter la communauté dans leurs prières et à participer aux deux rendez-vous mensuels à Paris : l’adoration-mission des premiers vendredis du mois et le topo du lundi que l’abbé Loiseau vient faire.

Dimanche 25, nous partons en « vacances-session » communautaire à Perpignan chez des amis qui nous prêtent généreusement leur maison. C’est l’occasion d’accueillir deux nouveaux propédeutes, Mathieu et Clément qui nous arrivent respectivement de Paris et de Lyon. Nous profitons de ce temps pour nouer quelques liens avec les prêtres du diocèse. Nous sommes ainsi accueillis par le curé de Banyuls après avoir visité le magnifique village de Collioure et nous accueillons à notre tour à dîner une demi-douzaine de prêtres, que nous connaissons pour la plupart. L’abbé Loiseau et deux séminaristes sont reçus par l’évêque de Perpignan, Mgr Marceau. N’étant pas très loin de l’abbaye de Lagrasse, nous profitons de la fête de Saint Augustin, leur patron, pour aller leur rendre visite. Ils nous reçoivent avec toute la charité qui les caractérise. Ils nous font visiter la somptueuse abbaye qu’ils restaurent petit à petit.

Vendredi 31, un ancien paroissien de Toulon a la bonne idée de se marier à côté de Perpignan. Plusieurs d’entre nous vont donc l’entourer à cette occasion.
Rentrés à Toulon, il nous faut maintenant nous organiser et effectuer les déménagements qui s’imposent pour que chacun ait sa chambre.
Vincent s’apprête à partir pour la Tunisie. Il sera normalement affecté à la Cathédrale de Tunis et devra donner des cours de français dans les écoles tenus par les communautés religieuses encore en place. Montfort quant à lui s’en ira en Jordanie, à Mafrak, où il participera à la vie paroissiale et donnera des cours de français à des adultes. Nous aurons à cœur de prier pour eux dans le contexte actuel.
La communauté a accepté la charge d’une nouvelle mission. Le diocèse aux armées avait besoin d’un aumônier pour l’EPPA (Ecole Paramédicale du Personnel des Armées), comprendre « les infirmiers » ! Et c’est le diacre Florent qui en reçoit la charge. L’année commence sans tarder pour lui, car dès la première rencontre de présentation, plusieurs viennent le voir pour une préparation au baptême ou une préparation au mariage. Il a aussi pour mission de créer un lien entre la paroisse Saint-François-de-Paule et cette école d’infirmier(e)s.

Matthieu, pour sa part, est affecté à la pastorale des jeunes. Il a pour mission d’organiser plusieurs évènements diocésains comme le pèlerinage des collégiens à Lourdes, le pélé VTT ou encore les prochaines JMJ à Cracovie. Il découvre aussi le rythme de vie de la communauté durant la semaine puisqu’à son époque, il n’y avait pas encore d’année de propédeutique propre à la communauté.

L’abbé Dubrule va quant à lui donner des cours de théologie morale au séminaire.
Cette année va également voir renaitre la troupe scoute sur la paroisse. C’est Pierre-Marie, un ancien membre de la communauté, qui en prend la charge.

La communauté continue également son apostolat à Marseille. L’archevêque de Marseille, Mgr Pontier, l’a confirmé aux abbé Loiseau et Gillet lors de leur entrevue au mois de juillet. Nous voudrions maintenant lancer une conférence Saint-Vincent-de-Paul puisque Fréderic Ozanam est mort sur la paroisse Saint-Charles que nous desservons de plus en plus régulièrement.

Et c’est ainsi que la miséricorde de Dieu nous guide jour après jour

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France