Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/L-annee-de-la-foi-et-le-concile
      L’année de la foi et le concile

L’année de la foi et le concile

Le 11 octobre 2012 lors du cinquantenaire du concile Vatican II, s’ouvrira l’année de la Foi.


Elle se terminera en la fête du Christ-Roi le 24 novembre 2013. De plus, Benoît XVI convoque l’assemblée générale du synode des évêques en octobre et Mgr Dominique Rey a été nommé directement par le Saint Père pour y participer. Le Pape pense que de cette façon, l’Eglise tout entière pourrait reprendre une conscience plus nette de sa foi, pour la raviver, la purifier, la confirmer et la proclamer.

Le Pape a plus que jamais le devoir d’indiquer le concile Vatican II comme la grande grâce dont l’Eglise a bénéficié au XXe siècle : il nous offre une boussole fiable pour nous orienter sur le chemin du siècle qui commence.

Le successeur de Pierre continue à propos du concile : « Si nous le lisons et le recevons par une juste herméneutique, il peut être et devenir davantage une grande force pour le renouveau, toujours nécessaire à l’Eglise ». La dimension pastorale de ce concile ne doit pas nous faire oublier que c’est un exposé de la Foi. Même s’il n’existe pas de définitions solennelles infaillibles, nous devons le recevoir comme un acte du Magistère.

Les désaccords qui ont précédé et suivi le concile Vatican II ont parfois amené des prêtres et des fidèles attachés à la Tradition à une grande réticence vis-à-vis de celui-ci. Il est certain que toutes les interprétations qui le présentent comme en rupture avec la Tradition de l’Eglise ont contribué à ce mouvement de refus. Mais de grâce, ne croyons pas à cette vision de rupture imposée par les courants les plus progressistes de l’Eglise.

N’oublions pas que le Concile c’est en priorité : une vision plus mystique de l’Eglise catholique, un appel universel à la sainteté pour tous les baptisés, le rôle de la Vierge Marie dans l’Eglise, une affirmation claire de l’identité sacerdotale et sa différence essentielle avec le sacerdoce des fidèles (Lumen Gentium et Presbyterorum ordinis ), un exposé clair sur la Tradition et son rapport étroit à l’Ecriture (Dei Verbum), une condamnation de l’athéisme (Gaudium et Spes), la sanctification par la liturgie et particulièrement par l’Eucharistie comme actualisation du Sacrifice de la Croix (Sacrosanctum Concilium). Le décret Ad Gentes rappelle aussi la vision traditionnelle de la mission.

On ne peut donc résumer l’esprit du concile aux questions de liberté religieuse, d’œcuménisme et de dialogue interreligieux. Il ne s’agit pas de nier ces orientations mais de les interpréter à la lumière des textes du Magistère soit antérieurs soit postérieurs au Concile. Par exemple, la liberté religieuse ne peut pas plus être abordée sans référence au Catéchisme de l’Eglise Catholique qui apporte des précisions sur cette question.

Comme l’ont rappelé Jean-Paul II et Benoît XVI, le concile doit être référé au Magistère constant. Ainsi l’unité de foi peut être retrouvée dans l’Eglise. Ne tombons pas dans le piège de la dialectique, n’acceptons pas que le Concile soit pris en otage. Des saints ont été des exemples de fidélité à l’Eglise en étant imprégnés de cette spiritualité du Concile : saint Padre Pio, la bienheureuse Mère Térésa, le cardinal Mindzenti, le cardinal Wisinski, sœur Lucie de Fatima, le cardinal Thuan, Mgr Seitz et bien d’autres.

Vivons de ce concile interprété à la lumière de la Tradition et donc du Magistère vivant de l’Eglise

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France