Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/L-islam-et-Abraham

L’islam et Abraham

Exposé de l’abbé, donné aux témoins de la miséricorde en avril


Les prophètes

L’Islam, tout comme le christianisme, nous parle de prophètes. Cependant, leur nombre, leur rôle, mission… diffèrent grandement entre les deux religions. Dans la Bible, nous voyons apparaitre vingt prophètes : les quatre grands (Isaïe, Ezéchiel, Jérémie et Daniel) et les douze petits, plus Elie, Elisée… Alors que l’Islam évoque de 120000 à 144000 prophètes, selon la tradition à laquelle on se réfère. Parmi ceux-ci, on peut citer Abraham, Moïse, David, Salomon, Jésus, Muhammad… On peut noter que certaines figures bibliques qui ne sont pas considérées comme des prophètes dans la tradition judéo-chrétienne le sont dans l’Islam.

De la même manière, la mission que Dieu leur confie diffère. On voit clairement dans la Bible que Dieu envoie ses prophètes vers le peuple hébreu pour préparer la venue du Messie. Ils annoncent la venue du Christ et prêchent la pénitence pour le peuple, ce sont des figure anticipatrices du Christ. Dans l’Islam, cette notion d’annonce de la venue de quelqu’un ne se retrouve pas. Les musulmans l’évoquent juste lorsqu’ils affirment que Jésus a annoncé Muhammad (cf le topo du mois de novembre à ce sujet). Pour les musulmans, la mission des prophètes consistait à appeler les hommes à vénérer le Dieu unique. Ils n’ont pas d’ancrage historique et ils n’interprètent pas, ils sont entièrement soumis. De ce fait, ils affirment que tous les prophètes étaient musulmans, même si l’Islam n’existait pas en tant que tel. Cependant, seule une poignée de ces prophètes occupent une place importante dans l’Islam.

Ibrahim (Abraham)

Ibrahim est considéré par les musulmans comme le père des croyants. Il est l’époux de Sarah, qui est d’une grande beauté. Lorsqu’ils sont en Egypte, Ibrahim fait passer Sarah pour sa sœur. Le pharaon veut abuser de Sarah, mais Dieu le paralyse, l’empêchant de la toucher. Ibrahim doit reconnaitre que Sarah est sa femme. Le pharaon va alors lui offrir de nombreux présents, et permet à Sarah de choisir une servante parmi les jeunes filles du royaume ; ce sera Agar. Sarah étant stérile, elle propose à Ibrahim d’épouser Agar, qui lui donne un fils Ismaël. On voit dans cette histoire un parallèle avec le récit biblique, mais avec tout de même de nombreuses différences entre les deux récits. Sarah devenant jalouse d’Agar, elle demande à Ibrahim de les chasser elle et son fils. Ibrahim va alors les emmener dans la vallée désertique de la Mecque où il revient de temps en temps les voir. Cet évènement est considéré comme l’origine du pèlerinage à la Mecque. On voit ici que la femme sainte est Agar et l’enfant de la promesse est Ismaël, en lieu et place de Sarah et Isaac dans la Bible. Les premiers musulmans ont donc plaqué une tradition judéo-nazaréenne sur le monde arabe, ils s’approprient les privilèges du peuple hébreu, avec une inversion des personnes.

Agar et Ismaël errent dans le désert à la recherche d’eau et Agar affolée court d’une colline à l’autre. Dieu intervient en faisant jaillir une source, Zamzam, qui existe toujours. La course d’Agar est réactualisée chaque année lors du pèlerinage à la Mecque (hajj) entre les collines de Safâ et de Marwah. Le pèlerinage est donc abrahamique, voire « agarien ». Dans un songe, Dieu demande à Ibrahim de lui sacrifier son fils Ismaël. Pour éloigner le diable, Ibrahim va lui jeter des pierres, ce geste est également refait lors du hajj.

Ibrahim est la modèle parfait, il annonce l’unicité de Dieu, prêche à son peuple et détruit leurs statues idolâtres au risque de sa vie. Il est jeté dans la fournaise, mais la main de Dieu le sauve, il veut pardonner à son père, mais plus tard il le désavoue, car son père est trop ennemi de Dieu. Il apparait comme le modèle parfait dans la haine qu’il voue à ce qui ne croit pas en l’unicité de Dieu. Il est entièrement soumis à Dieu. Avec Ismaël, il restaure la Kabba. Il reçoit les feuillets d’Ibrahim qui ont été falsifiés, c’est-à-dire la Torah.

Une question se pose, car Abraham est hébreu et Agar est égyptienne, alors que les musulmans affirment qu’Ismaël est arabe. Et c’est par le sang que se transmet l’Islam dans les textes musulmans. Tous les musulmans se disent descendants d’Ismaël, mais à peine 20% sont arabes, cela pose problème, car la notion de paternité spirituelle n’est guère présente dans l’Islam. Abraham n’est pas situé dans le temps, mais est situé dans l’espace.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France