Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Le-christianisme-et-l-islam
      Le christianisme et l’islam, religions du Livre ?

Le christianisme et l’islam, religions du Livre ?

Après avoir montré pourquoi il n’est pas possible de dire que les chrétiens ont le même Dieu que les musulmans, nous voulons étudier le rapport qu’a l’islam avec le Coran en le comparant à celui qu’entretient le christianisme avec la Bible.


On entend souvent parler du christianisme, de l’islam et du judaïsme comme des trois monothéismes ou des trois religions du livre. Cette expression vient du Coran, qui nomme ainsi les religions chrétienne et juive parce qu’elles se fondent sur une révélation reçue dans un livre. Cette expression qui semble rapprocher l’islam du christianisme est cependant inexacte, car la manière dont le christianisme et l’islam comprennent la révélation biblique et la révélation coranique (1) est très différente.

Le christianisme, religion de la Parole

Avant d’étudier la manière dont les musulmans conçoivent le Coran, il faut rappeler trois points sur le rapport que le chrétien entretient avec la Bible.
Tout d’abord, pour la foi chrétienne, c’est le Christ, et non la Bible qui est le centre de la Révélation : « Le Christ, le Fils de Dieu fait homme, est la Parole unique, parfaite et indépassable du Père. En Lui Il dit tout, et il n’y aura pas d’autre parole que celle-là » (2). C’est donc le Christ qui est la Révélation parfaite du Père, et non la Bible. Par conséquent, la Révélation de Dieu se communique non seulement par la Bible, mais aussi par la Tradition : « La Sainte Ecriture est la parole de Dieu en tant que, sous l’inspiration de l’Esprit divin, elle est consignée par écrit. Quant à la sainte Tradition, elle porte la parole de Dieu, confiée par le Christ Seigneur et par l’Esprit Saint aux apôtres, et la transmet intégralement à leurs successeurs, pour que, illuminés par l’Esprit de vérité, en la prêchant, ils la gardent, l’exposent et la répandent avec fidélité. Il en résulte que l’Eglise à laquelle est confiée la transmission et l’interprétation de la Révélation, ne tire pas de la seule Ecriture Sainte sa certitude sur tous les points de la Révélation. » (3).

Ensuite, la Bible a vraiment Dieu pour auteur, mais par mode d’inspiration. « Dieu est l’Auteur de l’Ecriture Sainte. La vérité divinement révélée, que contiennent et présentent les livres de la Sainte Ecriture, y a été consignée sous l’inspiration de l’Esprit-Saint » (4) Cette inspiration ne court-circuite pas l’action des écrivains sacrés. Tous ceux qui ont écrit les livres sacrés avaient « le plein usage de leurs facultés et de leurs moyens » (5), ont écrit à leur manière et dans un certain contexte ce qui était conforme au désir de Dieu. La Bible est donc une œuvre pleinement humaine et pleinement divine.

Enfin, la Bible est une révélation historique : c’est avant tout le récit de l’Alliance de Dieu avec l’homme. La révélation biblique est donc progressive et elle s’adapte aux mentalités de l’homme. Voilà pourquoi le Nouveau Testament, qui accomplit l’Ancien, est au cœur de toute la Bible. Toute la Bible est Parole de Dieu mais le Nouveau Testament a une force particulière car il en est le sommet.

Le Coran dans l’Islam

La manière dont les musulmans conçoivent le Coran est toute autre. Pour l’islam, Dieu est la cause directe et immédiate de tout ce qui est créé. Par conséquent, il est non seulement la source de la révélation, mais l’unique auteur et il ne peut y en avoir d’autres, même des prophètes.

La révélation consiste, pour les musulmans, dans la descente sur terre de la « Mère du Livre », le Livre incréé présent au ciel éternellement. Cette révélation se passe sous le mode d’une dictée, dans la langue arabe. Voilà pourquoi le Coran ne se récite qu’en arabe et que les traductions ne sont jamais lues en prière officielle.

Une tradition musulmane, s’appuyant sur quelques versets, suggère aussi que cette « descente » est advenue d’un coup lors de la nuit de l’appel prophétique de Mahomet (6). La transmission de ces révélations par Mahomet se fera ensuite progressivement, selon les questions qui lui étaient posées. Une autre tradition affirme que Mahomet a reçu ces révélations de manière étalée dans le temps.
Dans les deux cas, la révélation consiste donc dans la descente de ce qui est contenu de toute éternité au ciel dans le livre incréé, et ce par l’intermédiaire de l’ange Gabriel. L’islam affirme donc que le Coran est la transcription matérielle et parfaite de l’exemplaire incréé du Livre, présent au ciel.

Conséquences théologiques

Cette vision du Coran comme livre descendu du ciel a plusieurs conséquences importantes sur la manière dont le musulman accueille le contenu du Coran, très différente de la manière dont le chrétien accueille la Bible.
- 1°/ La première conséquence est l’interdiction pour un musulman d’interpréter le Coran. Il ne peut que le commenter, l’expliciter pour voir tout ce que Dieu y dit. Mais l’interprétation, c’est-à-dire sa compréhension par rapport au contexte, est impossible. Illustrons cela avec la question du voile. Le Coran affirme que les femmes doivent être voilées (7). Saint Paul affirme lui aussi que les femmes doivent être couvertes dans les assemblées de prières (8). Alors que le christianisme peut affirmer que cet ordre de saint Paul est lié au contexte culturel dans lequel a été écrite l’épître, l’islam ne le peut pas. C’est pour cette raison que les mouvements islamiques exigent le port du voile pour les femmes.
- 2°/ La deuxième conséquence est le refus d’accepter les influences littéraires du Coran. Cela rend impossible la critique textuelle du Coran, telle qu’a pu le faire l’exégèse historico-critique pour la Bible. Il n’est pas possible, par exemple, d’expliquer pourquoi l’arabe coranique n’est pas pur et qu’il contient des mots d’origine persane, hébraïque, syriaque, éthiopienne, latine ou grecque. Car le Coran étant la transcription d’un livre incréé, il ne peut être soumis à des influences culturelles. Chercher à expliquer de telles influences dans le Coran, ce serait d’une certaine manière juger Dieu. La formation islamique de base consiste donc surtout en un apprentissage des versets du Coran, mais jamais dans l’analyse de la formation du texte.
- 3°/ La troisième conséquence, et selon nous la plus grave, est l’impossibilité pour l’islam d’expliquer les fautes, incohérences et les contradictions apparentes du Coran. Outre des fautes d’accord et de déclinaison, on trouve dans le Coran de nombreuses contradictions : « Tout vient de Dieu », dit la Sourate 4, 78. « Le bien qui t’atteint vient de Dieu ; le mal qui t’atteint vient de toi », dit le verset suivant. Pour expliquer ces contradictions, les musulmans s’appuient sur le principe de l’abrogation, révélé par le Coran lui-même : « Si nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ? » (Sr 2, 106). Cela signifie qu’un verset postérieur remplace un verset antérieur. Cela pose une question insoluble dans la vision musulmane de la révélation : comment se fait-il que la parole incréée puisse contenir des contradictions ? Comment expliquer que Dieu ait jugé nécessaire de remplacer des versets par d’autres meilleurs, et ce de manière éternelle, si l’on tient le statut incréé du Livre-Mère ? Il est important de noter que la présence de contradictions dans un livre révélé n’est pas en soi inacceptable. La Bible en contient elle aussi, notamment entre les affirmations de l’Ancien Testament et celles du Nouveau. Mais dans la Bible, Dieu se révèle de manière historique, en tenant compte de l’évolution des mentalités et mœurs de l’homme. Ainsi, la polygamie est permise chez les patriarches de l’Ancien Testament, puis elle évolue en loi permettant le divorce avant que le Christ n’affirme l’indissolubilité du mariage. Mais ce qui rend inacceptables les contradictions dans le Coran, c’est le statut atemporel du Livre-Mère dont le Coran est la transcription.

Nourrir le dialogue en vérité

Les différences de fond soulevées qui existent entre la vision chrétienne de la Bible et la vision islamique du Coran montrent qu’il est impossible de parler de religions du Livre. Pour être précis, il faut plutôt dire que l’islam et le christianisme sont deux religions à livre, mas pas du livre. Ces différences doivent aussi être au cœur nos discussions avec les musulmans ou à propos de l’islam. Le véritable dialogue avec les musulmans doit amener à leur annoncer le Christ. Mais il est nécessaire pour cela de les faire sortir de ce dogme du Coran comme livre éternel et parfait. Les questions que nous venons de soulever peuvent y contribuer. L’islam est sans doute un colosse aux pieds d’argile, sa faiblesse venant de son peu de cohérence devant la raison humaine. C’est certainement par là qu’il faut passer pour annoncer l’Evangile

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France