Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Le-seminaire-de-Toulon
    Le séminaire de Toulon

Le séminaire de Toulon

En moyenne, le séminaire diocésain de Fréjus-Toulon à La Castille, reçoit chaque entre 70 et 80 séminaristes, dont une dizaine de jeunes en année de propédeutique.


Aux alentours des années 1920, le diocèse de Fréjus-Toulon dispose, comme tous les diocèses de France, d’un séminaire diocésain  ; il est installé dans le magnifique domaine de La Castille. Il n’a jamais eu un grand nombre de séminaristes, car le Var est une terre très déchristianisée, et doit fermer ses portes en 1959.

Réouverture du séminaire

Dans les années 1960-70, la tendance générale en France est de constituer des séminaires interdiocésains.

L’idée semble bonne en soi, mais dans la pratique elle se heurte à un problème épineux  : celui du gouvernement d’une institution soumise à plusieurs évêques. Celui qui n’est encore que le père Joseph Madec a fait l’expérience de cette difficulté et estime que le bon fonctionnement d’un séminaire exige qu’il dépende d’un seul évêque.

Devenu évêque de Fréjus-Toulon, Mgr Joseph Madec, fort de cette conviction, décide la réouverture du séminaire diocésain en faisant confiance à la Providence pour trouver des candidats et un encadrement. Il demande au père François Bouttin de créer, pour débuter, une année de Propédeutique.

En 1983, la Castille prend un nouveau départ !

Le premier souci du père Bouttin est de proposer une formation de qualité. C’est pourquoi il constitue un corps professoral de qualité, n’hésitant pas à faire venir de loin des professeurs considérés comme spécialistes de leur discipline. Devenu supérieur en 1994, le père Philippe Le Pivain bénéficie de ces efforts et travaille deux axes  :
-  Les sessions sont réduites au profit de cours réguliers et hebdomadaires, afin de faciliter un apprentissage en profondeur.
-  Un système de tutorat est mis en place, pour assurer un suivi personnel et adapté à chaque séminariste.

Mgr Dominique Rey prolonge et amplifie ce qui a été entrepris par son prédécesseur

Il ouvre largement le séminaire aux candidats des communautés nouvelles. Le souci de père Arnaud Adrien, l’actuel supérieur depuis 2002, est de maintenir une unité entre des groupes assez divers. Il y parvient en accentuant la dimension spirituelle et apostolique, qui complète l’exigence intellectuelle.

A la rentrée 2013, c’est le père Jean-Noël Dol, docteur en théologie et ancien curé du Mourillon, qui est nommé nouveau supérieur.

Un certain style semble caractériser notre "studium" qui pourrait être caractérisé par la fidèlité aux Trois blancheurs de Don Bosco :
- un solide enracinement dans la tradition,
- une grande docilité vis-à-vis du magistère,
- une attention aux problématiques contemporaines et tout cela pour que les prêtres, et à travers eux l’Église, annoncent l’Évangile avec un zèle renouvelé.

En savoir plus

Découvrez le séminaire : seminaire-toulon.com.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France