Missionnaires de la miséricorde divine
https://misericordedivine.fr/Se-poser-les-bonnes-questions-sur
      Se poser les bonnes questions sur la violence dans l’Islam

Se poser les bonnes questions sur la violence dans l’Islam

A la suite des évènements dramatiques ayant touché la France, l’abbé Loiseau invite à se poser les bonnes questions.


Que l’Enfant Jésus de l’Epiphanie vous apporte la paix et la Miséricorde en cette nouvelle année.
Jésus à peine né se manifeste aux nations païennes, le geste d’adoration des rois mages annonce la conversion des nations au Christ Sauveur, l’étoile de l’Epiphanie prophétise le feu de la Pentecôte, c’est déjà la fête de la mission. Demandons au Seigneur une réelle conversion pour nous et pour notre nation.

Frappé par la violence islamiste entre autres en plein cœur de Paris, la France comprend que Daech et Al-Qaïda sont dans nos murs, mais il est bien tard. Notre année commence dans le sang et les larmes avec un mal qui ronge la nation, soit la progression d’un islamisme barbare pour une jeunesse déstructurée, soit un libéralisme idéologique effréné ne supportant aucune éthique, aucune transcendance. Les attentats de ce début d’année viennent marquer le début de la fin de ce monde libertaire et insouciant, le choc sera dévastateur. Si la solidarité et la prière s’imposent pour un chrétien devant les victimes de la violence salafiste, comment ne pas marquer notre réserve devant les injures immondes d’un journal qui se croyait au dessus du respect des personnes. On ne peut exiger d’un côté une tolérance absolue et de l’autre côté se permettre des attaques ignobles envers tout ce qui fait la conscience religieuse sans saisir que le respect commence par les mots et les signes.

Chaque journaliste, chaque personne publique a une responsabilité pour être un messager de paix. Même si rien ne pouvait justifier un tel massacre, commençons par transmettre le sens de la transcendance et du respect des personnes dans notre société. Nous payons notre insouciance, notre irresponsabilité, notre refus d’enseigner de vraies valeurs. C’est la fin de ce monde libertaire post soixante-huitard, mais je crains que cet attentat ne s’inscrive dans la suite de la logique implacable de la guerre sainte présente dans notre France depuis des mois avec la cécité ou la mauvaise foi des médias et des politiques.

Que cet acte de guerre à travers ces exécutions ignobles soit au moins l’occasion d’une véritable réflexion sur la violence dans l’islam au lieu de répéter des banalités affligeantes du type : « cela n’est pas l’islam »... Trois causes théologiques me semblent être déterminantes dans les comportements violents des islamistes.
Ces points demanderont bien sûr à être développés :

1°) Le dogme fondamental de l’islam est la parole incréée, tout le livre vient de Dieu, un exemplaire du Coran est au ciel. Ainsi toute injonction vient d’Allah, puisque que près de 200 versets incitent au meurtre et à la violence. Sans herméneutique ou vision progressive de la Révélation on en arrive au terrorisme. La liberté n’est plus alors une réalité morale mais une soumission à la parole divine. Sans intelligence, la foi conduit à la mort : Benoît XVI était un prophète.

2°) L’imitation du prophète. C’est une donnée essentielle de l’islam sunnite, il faut suivre en tout la vie du sceau des prophètes révélé par la Sunna. Celle-ci contient les hadith (faits et gestes du prophète). Puisqu’il est dit que Mahomet égorge lui-même les prisonniers, brûle les blasphémateurs, exécute des femmes, torture les mécréants, si l’on considère ces faits comme saints, il ne faut pas s’étonner de la suite. Nos journalistes et nos politiciens refusent de connaître ces hadith.

3°) L’eschatologie musulmane. Une religion est constituée par sa finalité. L’islam prévoit que le monde va devenir musulman avant la fin des temps et le retour de Jésus en instaurant la charia. Celui-ci confondra les mécréants. L’instauration de la charia devient une urgence, le djihad un devoir pour la finalité de l’histoire humaine. En outre un paradis érotique est promis immédiatement pour ceux qui meurent dans le djihad, le désir de tuer sera motivé aussi par la pulsion sexuelle, elle sera donc très présente pour ne pas dire obsédante.

Sans une réflexion théologique profonde sur l’islam des origines et ses textes sacrés nous ne sortirons pas de cette violence. Des réformateurs dans l’histoire de l’islam ont proposé une approche plus rationnelle mais soit ils ont été rejetés, soit exécutés. Nous ne sommes pas en présence d’accidents de l’histoire ou de querelles d’interprétations mais du fondement de cette religion, même si bien sûr différents courants théologiques présentent d’autres aspects complexes.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Eglise catholique du Var

Eglise de France